Critique : Laika – Somnia (2014) LaikaSomnia
Tracklist:
  1. Restless Mind
  2. Escalation of Terror
  3. Somnia
  4. Fidelity
  5. Caligae A Galea
  6. Dream of Nothing
  7. The Immortal
  8. Predictions (Tide Bearer)
  9. Invaders

Details


Genre :
Label :
Pays :
Format :
Date : 2014/09/30

Ah Winnipeg! Tu ne cesses de m’impressionner. Ces dernières années, la Porte d’entrée des Prairies canadiennes est devenue l’un des plus intéressants carrefours de genres metal, avec des groupes comme Psychotic Gardening, KENmode, Electro Quarterstaff, Besieged ou Sabbatory, pour ne nommer que ceux-ci. C’est exactement ce genre d’approche que fait Laika : le groupe prend le son Gothenburg et le mélange à quelque chose de plus viscéral, plus texturé, et organique.

Somnia est le troisième enregistrement de Laika. Fondé en 2009, le groupe a fait paraître un demo et un maxi, avant de changer quelques membres et de disparaître de la scène pour un temps, puis d’enregistrer cet album. Le résultat, Somnia, est une galette impressionnante de death metal mélodique, conçu de façon intelligente et comportant une production riche.

Cet album comporte neuf pièces, incluant une intro (“Restless Mind”) et une instrumentale (“Dreams of Nothing”), pour un total d’environ 40 minutes. Ce qui est intéressant avec Somnia est que chaque chanson ressemble à un chapitre d’un tout, tout en conservant leur caractère individuel. Le côté mélodique de ce groupe provient du jeu des guitares: il inclut une multitude d’airs accrocheurs et de mélodies, une bonne dose de solos, et fait une grande place à la basse. Jouée davantage comme une guitare et avec un plectre, plutôt que de se promener librement, la basse utilise autant de place sur cet album que les guitares, apportant autant d’airs rythmiques que de solos, par exemple sur l’excellente “Fidelity”. Par ailleurs, les claviers contribuent également aux mélodies, se positionnant tantôt dans les arrangements en arrière plan ou prenant tantôt le devant de la scène, comme dans “Predictions (Tide Bearer)”, qui me rappelle vaguement le groupe allemand Crematory. Quant au chant, Laika nous sert du death metal grogné par le très bon Jordan Dorge (Endless Chaos, Wilt). En somme, la musique de Somnia pourrait se rapprocher des groupes comme At The Gates ou Dark Tranquillity, mais aussi des albertains Hammerdrone à divers degrés.

L’album prend toutefois certaines distances du son de Gothenburg ou du metal mélodique en général grâce à la production de Ryan Forsyth, qui a aussi produit les excellents groupes Dissolution, Endless Chaos et Noire. Ceci offre à Laika un important accent death metal avec une attaque prononcée et une finition légèrement saturée.

Parmi les autres acteurs ayant contribué à cet album, mentionnons Filth Regime Records, une petite étiquette de Winnipeg qui a fait récemment paraître Endless Chaos et le groupe black metal Numenorean, mais aussi le groupe industriel-alternatif Soul Killing Female et la formation grind Flash Out. Le dernier et non le moindre, Uzi Emperado, talentueux artiste visuel des Philippines, a produit une magnifique pochette pour ce splendide digipack. Coloré et sombre à la fois, cet album est une gemme à vous procurer.

Ce message est également disponible en : Anglais



No Response

Laisser un commentaire


Pas de commentaire..

Laisser un commentaire

*