Condensé musical : Kyoktys, Unbeing, Aeron’s Wake, Upon Ashes

Passage est le nouveau maxi de Kyoktys, un groupe death metal en provenance de Calgary. Le groupe crache un metal très groovy, avec des guitares accordées très basse (7 ou 8 cordes?) et une voix granuleuse à la Meshuggah. Comme sur le précédent maxi A River in Hell, Passage présente une facture presque metalcore et une production de style studio maison. Les solos de guitare sont déments (écoutez “We Are Now”), la batterie est une suite de katas tantôt rapides tantôt lents et faits pour headbanger (“Never Be Alone”). Côté visuel, j’aime beaucoup la pochette de ce maxi et je salue la décision d’avoir refait le logo du groupe. En somme, Passage est un bon album à écouter sur le deck avec une bonne bière froide et des amis poilus. Un vingt-minutes convaincant.

Unbeing n’est pas une machine, bien que parfois nous pourrions le penser. L’entité montréalaise avait sorti un premier album en 2011, qui a été remasterisé et a été lancé de nouveau en 2013 sous format vinyle. L’album éponyme, un métal progressif plutôt technique qui aurait fait rougir plus d’un groupe, était aussi froid et aussi calculé qu’une machine futuriste. Est-ce qu’Unbeing a réussi à refaire cet exploit avec son nouveau maxi Raptus en 2014? Et comment!! En plus d’être une grande claque derrière la tête et d’avoir une excellente production, on semble avoir transplanté une âme à ce nouveau chef d’œuvre: l’âme du métro de Montréal! Effectivement, quand on prend place dans la première chanson, on se sent immédiatement transporté aux confins de la métropole souterraine, là où la vie fourmille silencieusement sous le vacarme des wagons et de la ventilation, où les odeurs sont un mélange de caoutchouc et de poussière, et là où les lumières passent devant nos yeux à une vitesse folle. En d’autres mots, Raptus est un tourbillon rapide d’idées qui vont de l’avant à grande vitesse, s’arrêtant de station en station l’espace de reprendre son souffle et poursuivre dans une autre direction. Sur Raptus, Unbeing a revu sa dose de metal à la baisse, colorant plutôt sa musique de jazz. Toutefois, comme en témoigne la transition entre les pièces “Tetris Rufus” et “2nd Cup”, l’un n’est jamais loin de l’autre. Raptus est un billet vers l’un des meilleurs maxis de 2014.

Aeron’s Wake est un groupe de Windsor qui joue un métal folklorique, ou plus précisément Celtic metal, un genre avec lequel je suis peu familier. Leur premier maxi, éponyme, est disponible depuis le 10 juillet dernier pour le prix que vous voulez payer. Après quelques écoutes, je trouve l’album bien monté: les chansons s’enchaînent les unes après les autres, avec différents mouvements musicaux tantôt plus enlevants (“Battlecry”), tantôt plus épique (“Tooth & Claw”). L’enregistrement est relativement bon, on entend tout, et l’incorporation du violon aux guitares se fait très bien, tant sur le plan de la composition que sur le plan de la production. À l’écoute de cet album, différentes scènes de film me viennent en tête, et je verrais bien la musique d’Aeron’s Wake être utilisée comme trame sonore un jour ou l’autre. À découvrir!

Le groupe Upon Ashes de Niagara Falls vous connaissez? Une nouvelle formation metalcore mélodique, elle avait fait paraître le maxi de six pièces Liberate à l’automne dernier. Cette fois, nous vous en parlons puisqu’elle prend la route dans le cadre de la tournée ontarienne avec Black Tongue, Continent et Dawn Vally.

Dates:

21 juillet @ Detour Music Hall, St. Catharines

23 juillet @ The APK, London

24 juillet @ The Smiling Buddha, Toronto

27 juillet @ Club Saw, Ottawa

 

Ce message est également disponible en : Anglais



No Response

Laisser un commentaire


Pas de commentaire..

Laisser un commentaire

*